Les chirurgies trans

Le chapitre qui suit offre un aperçu des diverses chirurgies (et modes d’accès) auxquelles les personnes trans qui désirent transitionner médicalement peuvent avoir recours au Québec. En vous familiarisant avec les démarches entreprises par les personnes trans pour accéder à ces procédures, vous serez mieux en mesure de comprendre pourquoi un grand nombre d’entre elles ne peuvent pas — ou choisissent de ne pas — y avoir recours.

Il existe un grand nombre d’identités de genre. Et les priorités dans le contexte d’une transition varient à tel point d’un individu à l’autre qu’il n’y a pas de formule unique pour mener à bien une telle démarche. Certaines personnes subissent de nombreuses chirurgies, d’autres une ou deux. D’autres encore n’en subissent aucune. Les facteurs déterminants quant à la façon dont une personne transitionne médicalement comprennent ses préférences personnelles, ses capacités, sa santé, sa situation financière, et son statut au pays s’il est immigrant.

Accès à la chirurgie de réassignation sexuelle (CRS) au Québec

Plusieurs chirurgies répertoriées dans ce chapitre ne sont pas actuellement offertes ou couvertes au Québec, mais certaines le sont dans d’autres provinces canadiennes.

Les personnes admissibles au Programme fédéral de santé intérimaire n’ont pas droit d’accès aux chirurgies trans normalement couvertes par le gouvernement du Québec avant d’avoir obtenu leur statut de résident permanent. La loi stipule qu’une personne doit être résidente du Québec pour accéder à des chirurgies trans.

Avant septembre 2009, toute personne désirant subir une chirurgie trans devait passer par le programme de la Human Sexuality Unit de l’Hopital général de Montréal. Depuis, les modes d’accès à la CRS au Québec ont grandement changé. Les chirurgies couvertes par le régime provincial d’assurance maladie sont pratiquées dans une clinique privée, le Centre Métropolitain de Chirurgie Plastique de Montréal. À la suite d’une évaluation psychiatrique, les patients peuvent se présenter eux-mêmes à la clinique.

Afin d’être admissible à la CRS au Québec, un patient doit satisfaire aux exigences suivantes :

  • Présenter deux lettres de recommandation rédigées par des psychiatres, psychologues cliniciens ou sexologues. Une des lettres doit être rédigée par un professionnel ayant suivi le patient pendant au moins six mois; l’autre par une personne n’ayant eu pour rôle que d’évaluer le patient;
  • Présenter une lettre rédigée par le médecin de famille ou l’endocrinologue prescrivant les hormones au patient. Cette lettre n’est pas nécessaire dans le cas d’un patient qui envisage une mastectomie ou une chirurgie de masculinisation du torse;
  • Présenter une lettre rédigée par un médecin de famille, qui fait état de la bonne santé du patient.

La phalloplastie, la métaidoïoplastie, la vaginoplastie, la mastectomie et la reconstruction du torse, et l’hystérectomie sont les chirurgies couvertes par le gouvernement du Québec. Mise à part l’hystérectomie, les chirurgies énumérées ci-dessus sont pratiquées au Centre Métropolitain de Chirurgie Plastique. Les hommes trans ont habituellement recours à l’hystérectomie par des voies traditionnelles.

Ces procédures chirurgicales ne sont couvertes que pour les résidents du Québec. Un résident permanent ou citoyen canadien est considéré comme résident du Québec après une période de trois mois d’habitation continue dans la province. Toutefois, dans le contexte actuel, une personne ne peut être remboursée pour des chirurgies subies dans d’autres cliniques ou avant septembre 2009.

Les chirurgies répertoriées ci-dessous sont celles auxquelles les personnes trans peuvent avoir recours durant leur transition. La liste comprend les chirurgies couvertes par le gouvernement du Québec de même que celles accessibles uniquement par le secteur privé.

Chirurgies pour transsexuels (femme vers homme)

 
ChirurgieDescription
Mastectomie bilatérale et reconstruction du torseConsiste en l’ablation des seins (mastectomie bilatérale) et la reconstruction d’un torse aux contours masculins.
Hystérectomie
Consiste en l’ablation de l’utérus par l’une des trois méthodes suivantes : incision abdominale, laparoscopie ou par le canal vaginal. La dernière de ces trois techniques est surtout utilisée lorsqu’on procède en même temps à l’ablation des ovaires.
Métaidoïoplastie
(syn. métoidioplastie)
Consiste à dégager le clitoris afin de le prolonger sur toute sa longueur. Il en résulte un microphallus (petit pénis). On procède aussi, chez certains patients, à un prolongement de l’urètre, ce qui leur permet d’uriner par le pénis. Des implants testiculaires peuvent aussi être insérés au moment de la chirurgie.
Oophorectomie
(syn. ovariectomie)
Consiste en l’ablation des ovaires. Cette chirurgie est souvent pratiquée en même temps que l’hystérectomie. Cette procédure permet de diminuer la dose de testostérone d’un patient tout en maintenant un certain niveau d’androgènes dans son système.
PhalloplastieProcédure qui consiste à façonner un pénis.

Chirurgies pour transsexuelles (homme vers femme)

 
CHIRURGIE DESCRIPTION
Orchidectomie double
(syn. orchiectomie bilatérale)
Consiste en l'ablation des testicules. Certaines personnes subissent une orchidectomie pour pouvoir cesser de prendre des antiandrogènes ou pour freiner la production de testostérone dans leur système. Le scrotum demeure intact et peut être utilisé ultérieurement si la patiente choisit de subir une CRS.
Augmentation mammaire
Consiste à insérer des implants contenant une solution saline sous la glande mammaire et au-dessus du muscle pectoral ou sous le muscle pectoral.
Approximation cricothyroïdienne (chirurgie de la voix)
Consiste à augmenter la tension des cordes vocales. Cette intervention ne modifie ni la hauteur ni l'intonation de la voix. Elle permet simplement de hausser le registre inférieur de la voix. Beaucoup de patientes subissent une chirurgie de réduction de la pomme d'Adam (condrolaryngoplastie) en même temps que cette procédure.
Condrolaryngoplastie (réduction de la pomme d’Adam)
Consiste à améliorer l’aspect proéminent de la pomme d’Adam. Une légère incision est pratiquée au niveau de la pomme d’Adam. La partie saillante du cartilage thyroïdien est alors retirée et ce qu’il en reste est poncé pour le rendre moins visible.
Vaginoplastie
Consiste à créer chirurgicalement un vagin. Une labiaplastie peut être pratiquée au moment de la chirurgie ou à une date ultérieure. Lors d’une labiaplastie, on façonne les petites lèvres et un capuchon pour le néo-clitoris.
Chirurgies parfois considérées nécessaires par certaines personnes trans
• Féminisation du visage (harmonisation du nez, du front, du menton et implants malaires)
• Greffe des cheveux
• Électrolyse/ épilation au laser